Euro 2016 : Qui sera le recalé?

Publié le par Olivier

A la veille de la désignation des villes qui seront choisies par la FFF, les informations s'accélèrent. Après Nantes et Rennes, c'est au tour du stade des Hauts-de-Seine d'être éliminé. Avec Montpellier, qui est une candidature factice, il ne resterai plus que 13 stades pour 12 places. Metz sera-t-elle la 13ème?

Difficile de faire des pronostics. Les stades seront bien sûr des critères de choix. Et dans ce domaine, on sait à peu près ce que chacun des 13 candidats propose. Mais la FFF fera aussi son choix par rapport aux projets des villes concernant le transport, l'hébergement, l'accueil des supporters, etc. Et là, le flou demeure. Si on sait certaines choses à Metz ou Nancy et que Strasbourg a publié son dossier, pour les autres, rien. Difficile de juger donc ce point.

Pour autant, on peut d'ors et déjà assurer qu'il y aura des surprises. Sur ce point, j'en suis convaincu, et Metz pourrait être gagnant. Un exemple : l'Equipe revèle que Lille a des problèmes de financements pour son stade. Même si je pense que Lille y sera (et il faut que Lille y soit), cet exemple montre bien que les incertitudes entourant certains projets pourrait conduire la FFF à ne pas prendre le risque de les associer à la candidature française.

Quels sont ces projets susceptibles d'être rejetés? J'en vois plusieurs :
- Lens, d'abord, où le club serait prêt à financer 45 des 90M€ nécessaires à la rénovation de Bollaert. Reste que ce financement n'est pas assurée et que le projet architectural est inconnu.
- Nice, qui, même  si elle bénéficie de l'appui de Christian Estrosi, a déjà réduit la capacité de son nouveau stade (35 au lieu de 40 000) et semble faire face à une forte opposition locale. Sans parler d'un financement inconnu
- Bordeaux peine aussi à convaincre qu'un grand stade puisse y voir le jour, dans la mesure où il manquerait toujours 45M€ au financement
- Strasbourg, qui présente un projet intéressant, souffre du manque de visibilité sur son stade. Même si les élus locaux tentent de le masquer, la ville doit trouver 160M€ pour financer la reconstruction de la Meinau ; avec un club au bord du National, difficile de séduire des investisseurs privés!
- Saint Etienne a effacé certains doutes, mais reste un peu en retrait des autres candidatures.

La FFF choisira demain 12 stades (et non 9+3), il est tout à fait possible que Metz y figure, mais ce devrait être le cas uniquement si une autre ville fait défaut. C'est malheureusement l'écueil pour une ville trop petite (par rapport à Strasbourg) et qui souffre de la dynamique de son club (par rapport à Nancy). Croisons les doigts!

Publié dans Metz et Euro 2016

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jl 12/11/2009 00:18


Comme à votre habitude, vous êtes très mal informé et vous vous contentez de spéculer sur de simples hypothèses. Strasbourg a les moyens d'investir 160 millions d'euros pour ses infrastructures,
c'est dans sa catégorie une des villes dont l'endettement est le mieux maitrisé et permet donc un tel investissement.
Quant au Racing, il n'est pas encore en National et quand bien même s'il devait y être, cela ne changerait pas grand chose, ce club saura se reprendre, les futurs repreneurs y travaillent déjà.