Une belle unanimité... contre la décision de Dominique Gros

Publié le par Olivier

http://www.cg57.fr/SiteCollectionImages/News/Unjour-unterritoire_250x251.jpgSuite à la décision du maire de Metz de renoncer à la rénovation du stade Saint Symphorien, les autres partenaires du projet ont réagi. Et, le moins que l'on puisse dire, est que cette décision, à quelques jours de la décision de l'UEFA, est l'objet de nombreuses critiques, recueillies par le Républicain Lorrain, aussi bien du FC Metz, que du Conseil Général de la Moselle, du Ministère des Sports.

Outre Bernard Serin, qui avait déjà réagi très vivement hier, Patrick Weiten, président du Conseil Général de la Moselle, partenaire du projet, a été très virulent : « Dominique Gros évoque 60 m€ d’euros comme coût de rénovation. Je suis incapable de croire en quelque chose qui ne m’a pas été démontré. Le FC Metz et nous avons été jetés par la porte. Il y avait une démarche de concertaion entre nous, là, on ne nous a rien demandé. Est-ce qu’il y a d’autres raisons ? On peut tout supposer… »

Autre réaction, celle de René Lopez, président de la Ligue Lorraine de Football : « Je suis déçu : lorsqu’on s’engage dans une opération d’une telle envergure, on n’a pas le droit de laisser tomber si près du but. Après le retrait de Nancy, la Lorraine est une nouvelle fois décrédibilisée. S’il n’était pas possible d’aller au bout, il ne fallait pas prendre le relais de Nancy. Quant au fait que la ferveur autour de ce projet n’était pas réelle, c’est tout simplement faux ! »

Pour Bernard Desumer, vice-président de la FFF et ancien président de la Ligue Lorraine de football, il s'agit « d'un vrai coup dur pour la Lorraine. » « Je ne comprends pas pourquoi la ville de Metz n’est pas allée au bout de ses engagements, sachant qu’elle avait fait le point avec Noël Le Graët il y quinze jours et que tout semblait très clair. C’est un coup dur. J’espère que ce ne sont que des raisons économiques qui expliquent ce retrait. Malheureusement, j’en doute… »

Patrick Thil, conseiller municipal de Metz et opposé à Dominique Gros, ne comprend pas la brutalité de la décision du maire de Metz : « Lors de l’abandon des villes de Nancy et de Strasbourg personne n’obligeait le maire de revenir en candidature pour Metz. S’il l’a fait, c’était, j’imagine, pour aboutir. Or, aujourd’hui il jette l’éponge sous prétexte qu’il n’est pas certain de l’engagement de l’État. »

Enfin, le cabinet du ministère des Sports a répondu aux attaques de Dominique Gros sur l'incertitude de soutien de l'Etat à ce projet : « Nous savions que le maire de Metz s’interrogeait. Mais nous sommes un peu surpris qu’il puisse nous mettre dans le lot de ses excuses. Nous attendions les derniers documents, comme pour tout projet, pour nous prononcer, via le CNDS (Comité national de développement du sport) sur la subvention qui allait être accordée. Nous pouvions encore attendre quelques jours. Les choses suivaient leur cours. »

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thomas 01/03/2012 11:22

http://www.facebook.com/pages/Manifestation-Place-dArmes-Samedi-3-Mars-11h/182719235174471

MANIFESTATION CE SAMEDI
INFORMATION A DIFFUSER