Stade Saint Symphorien : et maintenant, on fait quoi ?

Publié le par Olivier

Bernard Serin1Le Républicain Lorrain revient longuement sur la confirmation par Dominique Gros de son refus de participer à l'Euro 2016.

On apprend ainsi que Dominique Gros n'a pas rencontré Bernard Serin et Patrick Weiten, mais s'est simplement entretenu avec le premier au téléphone, puis le second au Conseil Général. Des discussions séparées, pas forcément idéal trouver de nouvelles solutions (rachat du stade par le club ou le CG57 par exemple...)

Didier Pardonnet, directeur du cabinet du maire de Metz, confirme l'évolution du chiffrage du projet « , y compris des architectes » , passant de 45 à 60M€ depuis le projet présenté en 2007. Un chiffrage toujours contesté par Bernard Serin : « Pas du tout, c’est 45 millions. Le chiffrage date d’un mois. Le cabinet d’architecte allemand était le seul à disposer précisément des plans entre les mètres cubes de béton, les mètres carrés de carrelages et la longueur des canalisations. Les autres ont jugé au doigt mouillé. Je rappelle que nous avions proposé un audit du chiffrage. »

Les proches du maire de Metz souhaite néanmoins « etudier le dossier sous une autre forme ». Pour Bernard Serin, il s'agit de reprendre les discussions au stade où elles étaient avant cette nouvelle candidature à l'Euro 2016 : « Je veux avoir l’assurance de revenir à la situation de novembre (2011) avant que l’on parle de l’Euro. La Ville s’était engagée à nous aider à rénover le stade à hauteur de dix millions. Ce serait une double incompréhension si on ne reprenait pas les démarches entamées depuis quatre ans »

Pour le président du FC Metz, des travaux sont plus que nécessaires : « La tribune sud est complètement obsolète, décalée. Les vestiaires datent des années 60, les travées ont plus de 40 ans, La Ville de Metz est d’accord sur ce constat. » Une tribune Sud dont le coût de rénovation se monterait à lui-seul à 25M€, pour 3 500 places supplémentaires.

Reste l'hypothèse d'un nouveau stade, qui est revenue sur la table vendredi, pour un coût plus important, sans l'aide de la Ville de Metz, mais avec la possibilité de créer un projet homogène, sans les défauts du stade Saint Symphorien et de sa localisation.

Publié dans Actualité

Commenter cet article