Razurel : "Le dossier méritait que la Fédération le revoie"

Publié le par Olivier

razurel.jpgPatrick Razurel était l'invité de Mirabelle TV ce soir. Le directeur général du FC Metz est revenu sur les différents dossiers d'actualité, et notamment ceux concernant le stade Saint Symphorien (Euro 2016 et démarches administratives)

Patrick Razurel s'est d'abord attaché à expliquer le processus ayant amené Metz a retenté sa chance auprès de la FFF pour devenir ville-hôte de l'Euro 2016 : suite au retrait de la ville de Strasbourg, officialisé par son maire en juillet dernier, les dirigeants messins ont estimé que la ville de Metz avait la légitimité, eut égard aux qualités du dossier présenté initiallement, pour être parmi les 12. Patrick Razurel a notamment évoqué l'aspect financier, en rappelant que Metz avait le dossier le moins cher des 14 villes candidates. La date de la réponse de la FFF n'est pas connue, sachant que le choix des 9 villes titulaires se fera, au plus tard, en mai 2011.

Le directeur général a évoqué 3 raisons pour se représenter : la qualité du dossier, l'éclairage sur la ville et la région et l'aide de 10% de l'état. Metz présente un dossier à "moins de 50M€", esthétiquement de grande qualité, et excellent en terme d'utilisation. L'architecte du stade, Karsten Fiebiger, a notamment travaillé sur 17 stades dans le monde, dont 2 pour la coupe du monde allemande (NDA : en fait, 3) : Kaiserslautern (réalisé) et Hannovre et Cologne (non choisis). Il dispose d'une expérience indéniable sur les stades de football et la valorisation qu'on peut en faire.

Le journaliste de Mirabelle TV (que je salue) prend l'exemple du Parken Stadion de Copenhague. Le directeur général du club décrit alors le projet de rénovation, présenté il y a un an, avec les différentes phases du projet. Il souligne encore le caractère esthétique du projet, avec notamment une toiture "pneumatique", à l'image de l'Allianz Arena. Le stade formera un trio monumental, avec la cathédrale de Metz et le centre Pompidou Metz, visible depuis l'A31 par de nombreux automobilistes.

Patrick Razurel revient ensuite sur la candidature messine à l'Euro 2016, et notamment les points forts de celle-ci : son coût, sa facilité de réalisation (pas de problématiques de recours), son positionnement dans la ville (à 800m du stade, plan d'eau, gare, centre-ville, CPM, 10 000 places de parkings), son caractère transfrontalier. Les Luxembourgeois seraient d'ailleurs très heureux de venir affronter la France à Metz dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2016. Le stade accueillera d'autres événements : le club a travaillé sur l'exploitation quotidienne du stade. Un business-plan a été fait.

Patrick Razurel a également répondu aux questions concernant le niveau sportif du club, par rapport à ce projet de stade. Il évoque notamment le fait que le stade est un projet de long terme, qui aura une durée de vie de 25 à 40 ans. La situation sportive sera différente quand le nouveau Saint Symphorien sera renouvelé : le stade "ne peut que bien vivre en Ligue 1".

Le projet Grenat 2010 a ensuite été évoqué, au-delà de la dimension stade. Notamment la construction de l'identité club dans la Grande Région, en ayant un développement très identitaire et très régional. Le club est en train de monter cette opération, en créant une "grand frontière autour du FC Metz". Le club peut être un ambassadeur de cette Grande Région. Un projet sur lequel le club travaille au quotidien.

Le financement du stade sera à caractère privé, permettant ainsi une meilleure réactivité sur le projet. La ville de Metz et le Conseil Général de Moselle le soutiendront financièrement. Le club cherche, de son coté, des investisseurs, des financiers, des constructeurs, qui mettront également la main à la poche : des pistes très sérieuses et très intéressantes existent. C'est, par contre, le club qui pilotera le projet, via un BEA d'une durée de 50 ou 60 ans. Razurel rappelle l'originalité du projet, par rapport aux PPP utilisés dans la plupart des autres stades français.

Patrick Razurel revient sur le match France-Luxembourg. La billetterie grand public démarrera après une première phase réservée aux "familles du football". Le prix des billets sera compris entre 20 et 60€ (pas de date encore). Ce match permettra d'obtenir des retombées importantes, notamment au niveau médiatique, pour la ville et la région, ainsi que pour montrer que le club est en capacité de réaliser un tel événement.

Le reste de l'interview est consacré à l'aspect sportif.  On apprend que Tenema N'Diaye a de grandes chances d'être qualifié vendredi matin.

Analyse complète à suivre demain sur le blog.

Publié dans Actualité

Commenter cet article