La situation financière du FC Metz est "moins pire"

Publié le par Olivier

La DNCG a publié hier son rapport d'activité annuel pour la saison 2009/10, avec, notamment, le détail des comptes de chacun des 40 clubs professionnels de Ligue 1 et 2. L'occasion de revenir sur les finances du Football Club de Metz.

Avec un chiffre d'affaires de 12M€, le FC Metz se classe à la 6ème place de Ligue 2 (devancé par Caen, Guingamp, le Havre, Nantes, Strasbourg). Ces 12M€ proviennent des droits audiovisuels (6,6M€), du sponsoring (2,5M€), des recettes matches (billetterie, pour 1M€) et des autres recettes (1,9M€).

En détail, le FC Metz est le 3ème club en matière de droits TV (derrière Caen et Nantes), 7ème club en sponsoring, 9ème en recettes matches (à égalité avec Laval) et 6 ème en autres recettes.

Concernant les dépenses, elles sont de 21,2M€. Le FC Metz est le 3ème club le plus dépensier (derrière Caen et Nantes). Ces 21,2M€ sont dépensés en salaires et charges (12,7M€, supérieur au chiffre d'affaires), en frais de mutations (0,4M€) et autres charges (8,1M€).

Le FC Metz dispose de la 4ème masse salariale de Ligue 2 (derrière Caen, Nantes et Le Havre), 7ème concernant les frais de mutations et le 3ème club le plus dépensier pour les autres charges (derrière Nantes et Strasbourg)

Avec un déficit de 9,1M€ (hors transfert), le FC Metz est le deuxième plus mauvais élève de Ligue 2, derrière le FC Nantes. Les 3,6M€ de transfert permettent au club de n'avoir qu'un déficit de "seulement" 5,8M€, le pire de toute la Ligue 2.

Le bilan fait état d'un capital social inexistant (moins d'1 million d'euros) : le financement du FC Metz provient des banques (1M€) et des différents fournisseurs du club (les autres dettes sont de 6,4M€). Un bilan particulièrement déséquilibré...

Bref, structurellement (largement) déficitaire depuis 2007/08, sauvé par la vente de Miralem Pjanic, lors de cette saison-là, puis par des augmentations de capital, le FC Metz doit, pour améliorer sa situation financière, réduire ses dépenses, qu'elles soient salariales ou autres, mais aussi augmenter ses recettes, notamment pour le sponsoring et, surtout, les recettes matchs. Gageons que les nombreux départs de l'intersaison (Rocchi, Vivian, Cardy, etc.) aient, au moins, pu permis de réduire la masse salariale. Mais d'autres actions doivent être mises en oeuvre...

Publié dans Analyses

Commenter cet article