Euro 2016 : Nancy se retire, une dernière chance pour Metz?

Publié le par Olivier

FrechautEuro.jpgLa Communauté Urbaine du Grand Nancy a annoncé hier le retrait de la cité ducale de l'organisation de l'Euro 2016. Un retrait qui pousse le FC Metz et son président, Bernard Serin, a retenter leur chance auprès de la Fédération Française de Football. Une nouvelle tentative (la dernière?) qui doit permettre au Grand Est de la France d'être tout de même partie prenante de l'Euro 2016, malgré les retraits de Nancy et Strasbourg.

Comme le précise Bernard Serin dans le Républicain Lorrain, « n’avoir aucun stade dans l’Est de la France, ce serait une aberration ! » D'où cette nouvelle candidature messine. Et le président messin en appelle aux dirigeants du football français et européen (et notamment les lorrains Desumer, Rousselot et Platini) pour soutenir cette candidature : « Une grande fête du football français se prépare et l’UEFA, qui l’organise, qui est présidé par Michel Platini, un Lorrain, rendrait l’Est complètement absent… C’est paradoxal, non ? J’espère que les représentants lorrains du football français, comme Bernard Desumer ou Jacques Rousselot, nous soutiendront. »

Les chances de Metz sont-elles meilleures que lors de la dernière tentative? Le retrait de Nancy donne un argument géographique (imparable, mais pas forcément suffisant). Le probable retrait de Lens pourrait donner un argument supplémentaire. Néammoins, il resterait toujours 9 stades dans l'organisation. Suffisant pour organiser l'Euro 2016.

La réponse des instances fédérales devrait intervenir rapidement.

Dans l'Equipe, Patrick Razurel rappelle que le projet suit son cours. La ville de Longeville-lès-Metz a donné un avis favorable à la modification du PPRI, préalable indispensable à la rénovation du Stade Saint-Symphorien.

Publié dans Metz et Euro 2016

Commenter cet article

NADE 19/12/2011 14:33

Dans le contexte de crise actuel faire appel à hauteur de 25 à 26 millions d'euros (RL du 16/11/2011) au contribuable afin de faire vivre un système déficitaire qui se permet de distribuer des
salaires indécents sans en avoir véritablement les moyens, serait de la folie. Pendant se temps là les équipes de jeunes de nos quartiers se démènent à la sortie des caisses de supermarchés pour
recueillir auprès des chalands quelques subsides pour financer leurs projets sportifs!

BILLIARD 04/12/2011 11:10

Soyons réaliste, l'économie lorraine est en récession (seule région de france avec une croissance négative), les finances publiques et locales plus que tendues et il faudrait que le contribuable
mette la main à la poche pour un équipement sportif luxueux aux normes UEFA sur lequel évoluera des millionnaires en short...alors qu'il y a tant a faire ailleurs. Au regard des conditions
financières, les élus nancéens ont été réalistes, j'espère que les les messins le seront aussi. Ce dossier illlustre en touy cas la faiblesse de la région qui ne sait pas travailler ensemble sur
des dossiers à enjeux

Olivier 04/12/2011 11:43


Les dossiers messins et nancéiens sont différents : l'investissement public était beaucoup plus important à Nancy, et ne concernait que la CUGN. Pour Metz, la part du secteur public dans le projet
de rénovation du stade est minoritaire. Toutefois, plus globalement, c'est la question de la dépense publique qui se pose. Est-ce que, comme le souligne l'Est Républicain, le financement de l'Opera
de Nancy (12M€ et 17000 spectateurs par an) est-il plus pertinent que celui d'un stade? Et il y a peu de millionnaires au FC Metz actuellement :)