Bernard Serin : « Le FC Metz est à un tournant de son histoire »

Publié le par Olivier

Bernard_Serin_FC_Metz.jpgAprès les nombreuses réactions suscitées par la décision de Dominique Gros, c'est Bernard Serin qui répond dans les colonnes du Républicain Lorrain, après un premier communiqué publié mercredi.

Le président du FC Metz n'est pas en colère (« Si colère il doit y avoir, c’est celle des supporters. Aujourd’hui je dois contenir les humeurs… ») mais éprouve une immense incompréhension devant la décision de Dominique Gros et sa brutalité : « Je suis toujours sous le coup de la déception, de la surprise et de l’incompréhension. Je ne comprends pas, non, qu’on puisse prendre une telle décision à quinze jours du dépôt du dossier. Des réunions étaient prévues, des audits, des rencontres avec Jacques Lambert, avec le ministre des sports. Tout était calé. »

Bernard Serin a également tenté de répondre aux accusations du maire de Metz concernant le chiffrage du chantier : « Le cabinet d’architecture mais aussi de calcul qui a procédé au chiffrage, est un cabinet énorme. Ils font des tours à Dubaï ou Shanghai, ils ont déjà construit 16 stades. Ils ont chiffré les travaux trois fois. Il y a toujours une petite marge d’erreur, mais pas dans ces proportions-là. C’est un cabinet allemand et ça ne fonctionne pas comme en France, où, c’est vrai, on est habitués aux dépassements. » Le président du FC Metz, qui est aussi celui de la société belge CMI met en avant son expérience : « Des projets de cette taille-là, j’en mène dix par an dans mon entreprise. Et ça fait dix ans que ça dure… Je tiens à défendre, oui, le sérieux de cette étude. Je n’ai pas de preuve à apporter, tous ces projets sont une réponse suffisante. J’ajoute que j’avais proposé à la Ville de nommer un expert ou un économiste pour aller vérifier tout ça. On m’avait dit que c’était une bonne idée. Et la réunion avait été programmée à hier… »

Il est même prêt à faire en sorte que le FC Metz assume toutes les dépenses supérieures au budget de 50M€ : «  Dans l’absolu, avec quelques aléas possibles, ça aurait pu devenir 47 ou 48 millions d’euros. Mais une différence de 33 %, non… Le FC Metz peut d’ailleurs s’engager à assumer tout dépassement au-delà de cinquante millions d’euros. »

Malgré la mobilisation des autres partenaires du projet et de nombreux supporters, Bernard Serin « a du mal à imaginer, de toute façon, que M. Gros puisse revenir sur cette décision » et craint des jours difficiles pour le FC Metz : « Le FC Metz, en l’état, doit se préparer à des jours difficiles. »

Bernard Serin tiendra un point presse à 16h cet après-midi.

Publié dans Actualité

Commenter cet article

antoine fonte 05/03/2012

"...le FC Metz doit se préparer à des jours difiicle..."Pourquoi aujourd'hui et pas quand Nancy a eu le bébé?Il n'y a rien de changer...ou si le problème de fond du club n'est ce pas plutôt son
budget de fonctionnement et la capacité à rebondir et apurer le passif important?serait ce le message que voudrait passer le Président? Dans ce cas les pouvoirs publics n'y peuvent rien...Quant au
stade de portée "départementale.." selon Mr Weiten( ce qui n'est pas faux) : chiche demandez et prenez en la propriété et assumezen la rénovation...