Nancy : les riverains craignent pour leur cadre de vie

Publié le par Olivier

Dans une lettre ouverte, les riverains estiment que le projet d'agrandissement du stade va nuire fortement à leur cadre de vie et poser des problèmes de sécurité.

 
« Il ne faudrait pas que l'échéance d'un championnat de foot européen et les intérêts financiers qui y sont liés commandent l'aménagement du territoire de la communauté urbaine du Grand-Nancy ». Sans équivoque, cette lettre ouverte signée par trois foyers de la rue Barthou à Saint-Max, vient de parvenir aux élus du Grand Nancy et responsables de l'ASNL. Au lendemain de l'évocation d'un projet d'extension et d'aménagement du stade Marcel Picot dans la perspective de l'Euro 2016 (notre édition de samedi et d'hier), l'inquiétude des riverains, formulée du reste vendredi soir par le député Hervé Féron à l'occasion de la séance plénière du Grand Nancy, s'est formalisée par la diffusion d'un courrier interrogatif, très évocateur de l'inquiétude ambiante.

 

« Nous sommes très surpris qu'il n'y ait pas eu de concertation avec la population avant cette annonce », indiquent en préambule les signataires. « Un développement responsable et durable de nos aires urbaines devrait nécessairement passer par des débats participatifs avec la population avant l'établissement du cahier des charges ».

Voilà pour la forme. Côté fond, les riverains du stade déploient un argumentaire en deux volets.

Au chapitre de la voirie et de la circulation, ils craignent les nuisances occasionnées par l'afflux de 5.000 voitures supplémentaires. « La capacité du stade devrait passer de 20.000 à 35.000 personnes », écrivent-ils.

« Quelles dispositions sont prévues pour sortir en toute sécurité et sans congestionner toute la zone Est de Nancy ? » Côté cadre de vie, « le projet d'agrandissement du stade, dans l'état actuel de l'esquisse, démontre que les concepteurs ne se sont absolument pas souciés des riverains, notamment sur la partie Nord du stade ».

Perte de l'ensoleillement, du dégagement visuel, nuisances sonores, pollution dégagée par l'accroissement des véhicules : à ces craintes, somme toute légitimes s'ajoute la perspective de voir se construire un parking sur plusieurs niveaux, d'une hauteur estimée à 11 mètres.


« Ce projet, s'il se réalise, entraînera une irrémédiable dévaluation des biens immobiliers alentours. Quelles dispositions financières envisagez-vous de prendre pour dédommager les habitants du quartier », s'interrogent-ils.

« Pour récapituler, ce projet représente un gros investissement qui va nuire fortement aux voisins et qui va poser de gros problèmes de sécurité routière et civile (pompiers, police, ambulances...). L'ASNL et la communauté urbaine s'orientent vers un nouveau bricolage sur un bâtiment existant dans l'urgence pour une échéance footballistique ».

Et de préconiser l'aménagement, dans un autre secteur de l'agglomération, d'un complexe pouvant accueillir diverses manifestations, situé à proximité des grands axes de circulation, mutable dans le temps et dans l'espace, susceptible d'apporter une plus-value au territoire et non pas des nuisances supplémentaires.

Frédérique Braconnot


Source : Est Républicain

Il ne s'agit que de 3 foyers et d'un député, mais c'est un début.

Publié dans Et ailleurs...

Commenter cet article