Le coût et les bénéfices d'un toit rétractable (1)

Publié le par Olivier

Le toit rétractable du nouveau Saint Symphorien n'est qu'un projet d'avenir, et ne devrait pas, officiellement, faire partie du projet qui sera mené à terme en 2012. Un tel aménagement nécessite un investissement important que le club ne devrait pas pouvoir faire dans les prochains mois. Combien coûte exactement un toit comme celui imaginé par le cabinet Fiebiger?

J'avais déjà essayé de donné un
estimation précedemment, en me basant sur le projet nancéen qui, pour 80M€, propose un projet similaire avec un toit rétractable. Le toit de Marcel Picot est légèrement différent du projet de Fiebiger, puisqu'il s'agit d'un toit en toile, alors que Metz s'orienterait vers un stade en dur. Essayons d'aller un peu plus loin.

Le
groupe Canam va construire, pour 60 millions de dollars canadiens (environ 39M€), le toit rétractable du nouveau stade des Marlins de Floride. Le contrat comprend les services de conception-ingénierie, dessin détaillé, modélisation des données du bâtiment (BIM), gérance du projet ainsi que la fabrication, le montage des composantes d'acier et l'installation du mécanisme d'ouverture du toit rétractable.

Le coût initial du toit du stade de base-ball de Seatlle est entre
35 et 50M$. Le stade de Tampa Bay devrait avoir un toit, dont le coût pourrait être supérieur à 100M$.

Toutefois, les stades de base-ball sont d'une surface beaucoup plus grande à couvrir. Les tarifs y sont donc supérieurs à ceux qui seraie nécessaire pour Saint Symphorien, qui bénéficie, en outre, de tribunes proches du terrain, réduisant encore la surface nécessaire. Bref, je confirme mon estimation précédente, entre 15 et 30M€.

Publié dans Analyses

Commenter cet article

regis 13/08/2009 11:40

un toit pour le stade de tampa c'est moyen, c'est en floride et la saison couvre de bonnes dates (hors periode de tempetes tropicale)

Olivier 13/08/2009 20:50


Un toit est sûrement plus nécessaire à Chicago ou Toronto, qu'à Miami, mais je pense que, malgré tout, la pluie reste un obstacle pour les clubs. Et facilite l'organisation des concert.
De plus, il y a aussi une course au meilleur stade, facilitée par la quasi obligation des collectivités territoriales de financer de telles infrastructures. Avec une surenchère sur tous les
élèments. Voir l'exemple du stade de Dallas, qui a un toit, alors que c'est sans doute encore moins nécessaire qu'en Floride.
Merci pour le commentaire ;)