Semaine décisive pour le FC Metz

Publié le par Olivier

La semaine commence aujourd'hui pour le FC Metz, son entraîneur, ses dirigeants et ses actionnaires. Si les premières déclarations de Bernard Serin semble indiquer un changement de cap, comme je l'avais indiqué précedemment, nous devrions connaître, d'ici vendredi, les inflexions dans la politique sportive et économique du club. En effet, outre une réunion entre les actionnaires et Yvon Pouliquen aujourd'hui, la DNCG recevra les dirigeants du club jeudi et une réunion des actionnaires est prévue pour vendredi.

Après la première réaction à chaud, voici mon analyse de la situation.  Un second billet donnera quelques pistes de changement, dans la mesure des informations disponibles.

On peut résumer les problèmes du FC Metz en trois grands domaines inter-agissant :
- le sportif
- l'économique
- et ce que j'appelerai le relationnel.

Regardons le sportif, tout d'abord. Pour la première fois depuis 42 ans, le FC Metz va évoluer durant deux saisons consécutives dans l'antichambre de l'élite du football français. Les explications sont difficiles à trouver : à 7 journées de la fin, avec 5 points d'avance sur le quatrième, la Ligue 1 tendait les bras au club. Une incompréhensible série de matchs sans victoire a anéanti ces espoirs de montées. Les raisons de cet échec? La première est probablement une ambiance interne déletère entre les titulaires et certains joueurs n'ayant pas assez de temps de jeu, voire entre différents clans. L'explication de Yvon Pouliquen, si elle ne convainc pas, a au moins le mérite de corroborer des problèmes internes entre joueurs, voire entre joueurs et encadrement.

Evidemment, la tactique mise en place (un 4-3-2-1 avec un seul attaquant), le recrutement (avec des joueurs au profil similaire, comme Johansen, Rocchi, Barbosa, Cardy,... ou d'autres n'ayant pas eu le niveau attendu, comme Johansen, Chapuis, Rippert ou Jestrovic) ou la maladresse des joueurs, notamment offensif, sont également des élèments expliquant la dérive sportive du club. On pourrait aussi le manque de "folie" dans le jeu, qui nous a empêché de battre les "petites équipes" de Ligue 2.

L'économique, qui résulte de la descente sportive du club depuis 10 ans, constitue le deuxième problème du club. Le deficit chronique, qui existe depuis plusieurs années, comblé par les actionnaires ou la vente des joueurs suivant les saisions, est un poid mort pour le club, qui l'empêche d'investir dans de meilleurs joueurs et/ou dans les structures du club. Les causes sont connues : une masse salariale élevée en Ligue, très élevée en Ligue 2, des recettes limitées, que ce soit les droits télés, les produits du merchandising ou les contrats de sponsoring, la billeterie,... Sans oublier un capital social relativement faible.

Enfin, le "relationnel", consequence du premier, cause du deuxième. Si, jusqu'ici, le public semblait relativement fidèle, les deux dernières saisons ont probablement enterré les moyennes de spectateurs supérieures à 10.000. A cause de résultats sportifs de plus en plus médiocres et decevants, à cause d'un spectacle de plus en plus indigent (avec certains sommets, comme le Metz-Clermont de cette saison), à cause d'un fossé de plus en plus béant entre supporters et joueurs,... les spectateurs sont de moins en moins nombreux à Saint-Symphorien. Sans oublier les causes "non sportives", comme le comfort inexistant au stade, l'absence d'animations parallèles, etc.

Bref, les problèmes du club sont nombreux, mais les solutions le sont tout autant, et feront l'objet d'un prochain billet dans la journée.

Publié dans Analyses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article