Bordeaux : Accélération du dossier du grand stade

Publié le par Olivier

Alain Juppé, le maire de Bordeaux, a reçu hier en fin de matinée Nicolas de Tavernost, le président du directoire de M6, propriétaire des Girondins de Bordeaux, et Jean-Louis Triaud, le président. Au centre des discussions, le projet de la construction d'un grand stade de 40 000 places à Bordeaux dans la perspective de l'organisation par la France de l'Euro 2016.


« On est venus l'informer sur les conditions de faisabilité », confirme Jean-Louis Triaud.


Le maire de Bordeaux entend profiter de l'engouement populaire suscité par la perspective d'un futur titre de champion de France pour les Girondins pour accélérer la gestation de ce projet à 200 millions d'euros.


Ses interlocuteurs d'hier matin sont prêts à s'impliquer fortement dans l'aboutissement du dossier. Mais seul un partenariat public-privé d'ampleur sera de nature à concrétiser ce projet.


Seule certitude aujourd'hui , la localisation du futur stade. Alain Juppé a fait son choix. Ce sera à Bordeaux-Lac, non loin du stadium du Parc des expositions et de ses vastes parkings, au centre d'une zone desservie par le tramway d'ici à 2013.


Partenariat public-privé


Reste à trouver les financeurs, « la seule partie délicate de ce projet », glisse Triaud. Alain Juppé doit prochainement rencontrer Bernard Laporte, le secrétaire d'État aux Sports, ainsi que Jean -Pierre Escalettes, le président de la Fédération française de football, dont le tour des villes susceptibles d'accueillir l'Euro 2016 pour lequel la France est candidate, fera étape le 15 juin à Bordeaux.


Outre M6, des partenaires privés seront aussi sollicités, peut-être par le biais d'un bail emphytéotique administratif (BEA), qui permet à l'utilisateur, le club, de payer un loyer à l'investisseur qui peut être aussi le constructeur. La formule a fait une apparition encore timide dans la région.


Une partie du financement pourra aussi être amenée par des enseignes commerciales en échange d'autorisation d'exploiter. C'est un nouvel équipement urbain où l'on vient aussi pour aller au cinéma, au restaurant ou pour faire ses courses dont il est question.


Le Conseil régional, le Conseil général de la Gironde et la Communauté urbaine de Bordeaux devront aussi se positionner. « Nous avons besoin de cet équipement », estime Vincent Feltesse, le jeune patron (PS) de la CUB, qui travaille le dossier depuis plusieurs mois. Alain Rousset soutenait lui aussi le projet... quand il était candidat à la mairie de Bordeaux. Une prochaine rencontre pourrait clarifier les intentions de chacun. Les dirigeants des Girondins, après un premier rendez-vous avec Philippe Madrelle, sont en effet décidés à rencontrer rapidement toutes les collectivités locales susceptibles d'intervenir sur ce projet.

 

Source : Sud Ouest

Publié dans Et ailleurs...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article