Premier naming à Rennes?

Publié le par Olivier

Rennes sera-t-il le premier club à utiliser le naming? Si l'on en croit la brève publié hier sur le blog, les négociations seraient en bonne voie entre le finaliste de la coupe de France et le groupe CMB-Arkea pour un contrat de 5 ans. Ce contrat ferait de Fortuneo, filliale en ligne du Crédit Mutuel, le sponsor maillot du club (en lieu et place de Samsic), mais surtout permettrait à la banque en ligne de prendre le nom du stade de la route de Lorient. Le montant de la transaction serait de 6M€ par an, dont 5 pour le naming.

Je l'ai déjà dis, je trouve que l'utilisation du naming me semble peu pertinente en ce qui concerne les stade "historiques", même fortement renovés, je crois que Rennes peut être l'exception qui confirme cette règle. La raison principal étant que, même si le nom du stade est le même depuis 1912, il n'en reste pas moins que ce nom semble susciter moins d'attachement que pourrait avoir un nom de personnalité historique du club (Abbé Deschamps, Felix Bollaert) ou des noms "historiques" (Parc des Princes, stade Velodrome). Toutefois, mon point de vue étant complètement exterieur à Rennes, je peux me tromper. D'ailleurs les rennais ne semblent pas très satisfaits, mais bon, c'est très français.

Par contre, ce qui me rend très sceptique sur ce partenariat, est la durée du contrat. En effet, si la durée de 5 ans permettrait une phase de test, elle risque de ne pas être assez longue pour ancrer le nom de Fortuneo dans les esprits.

Enfin, et ce n'est pas à négliger, avec un apport de 5M€ par an pour ce naming, il s'agit de 10% du budget du club qui est assuré pendant 5 ans, ce qui est loin d'être négligeable, alors que l'incertitude demeure, surtout concernant les budgets de communications, et donc de sponsoring, des entreprises.

Reste que ce changement de nom reste une rumeur et l'autorisation maire, proprietaire du stade, n'est pas encore donnée.

Si des rennais passent par là, n'hésitez pas à laisser vos réactions ou vos informations.

Publié dans Et ailleurs...

Commenter cet article