Analyse de la position de Thierry Jean sur le nouveau stade

Publié le par Olivier

L'information a été confirmée suite au conseil municipal du 30 avril 2009, la ville de Metz se positionne en faveur d'une rénovation du stade Saint-Symphorien, s'appuyant sur 3 arguments : le financement, le naming et le devenir de Saint-Symphorien

D'abord, le financement de 120 M€ minimum pour un nouveau stade contre 35 M€ pour une rénovation de Saint-Symphorien. Il est évident que la différence est importante. Toutefois, dans le cas d'une rénovation, il sera impossible de trouver des financeurs privés, dans la mesure où le stade appartiendra toujours à la ville de Metz, avec ce que cela implique comme absence de libertés. On notera également que des clubs comme Le Mans ou Strasbourg, ont trouvé ces financements (même si, pour Strasbourg, le projet n'est pas encore complètement validé).

Pour Strasbourg, c'est simple, le financement serait intégralement pris en charge par Hammerson. Au Mans, le financement est plus habituel, avec une moitié (environ 50 M€) pris en charge par les collectivités locales (ville, département, région), une grande partie provenant de la société concessionaire (environ 40M€) et le reste provenant du contrat de naming avec la mutuelle d'assurance MMA.

Mais prenons un autre exemple : Arsenal et l'Emirates Stadium. Certes, les clubs et les montants en jeu (plus de 400 M£) sont différents, mais cet exemple peut montrer quelques pistes. Arsenal a donc financer son stade via un emprunt de 260 M£ auprès de banques britannique et notamment the Royal Bank of Scotland, emprunt transformé par la suite en emprunt obligataire, réduisant le coût de la dette de 20M£ par an. La vente des concessions a également permis de financer le stade, ainsi que le contrat de naming, de 100M£ conclu avec Emirates.

On le voit, le naming est un élement essentiel du financement du stade. Et si l'on dénote une certaine ironie dans les propos de Thierry Jean concernant "l'hommage rendu au sponsor", cet outil ne doit pas être mis de côté pour des raisons idéologiques. Est-il mieux de gratuitement nommer un stade du nom d'un ancien maire (ce qui revient à faire une certaine publicité pour toute son action et celle de ses successeurs politiques) ou de bénéficier d'un financement privé en contrepartie de ce baptême temporaire?

Autant je suis sceptique sur le naming concernant d'anciens stades, même renovés (doute sur le retour sur investissement pour la société, doute sur l'approbation par les supporters,...), autant il ne doit pas être negligé pour de nouvelles enceintes, qui, pour une très grande majorité, ont monétisé leur nom (Allianz Arna, Veltins Arena, Emirates Stadium, City of Manchester Stadium,...) permettant ainsi le financement des stades avec des contrats de 10 à 120 M€ sur une dizaine d'années.

Enfin, l'adjoint au maire évoque le devenir du Stade Saint-Symphorien, créant une nouvelle friche, alors que les casernes vont se vider. Evidemment, il sera difficile d'installer le RC Metz à Saint-Symphorien, quoique. Toutefois, les possibilités ne manquent pas et l'imagination d'investisseurs privés pourraient résoudre ce problème (évidemment, il faut ne pas les décourager...) Pourquoi ne pas utiliser le bas de la tribune Est comme base pour une salle de concert plus petite que le Galaxie, mais plus fonctionnelle et confortable que les Arènes? Et détruire le reste. On peut aussi y faire un complexe d'appartements haut de gamme, comme pour Highbury. Toutes les idées sont possibles, mais il ne faut pas se fermer.

Publié dans Analyses

Commenter cet article

assurance fr 28/07/2009 09:22

j'espere qu'on sera pas deçu!!!