Dominique Gros et le FC Metz

Publié le par OS

Dominique GrosDepuis plusieurs semaines, les articles et interventions à propos du devenir du stade du FC Metz se multiplient dans la presse régionale. Que ce soit Bernard Serin ou la municipalité de Metz. par l'intermédiaire de Thierry Jean ou de Dominique Gros, chaque jour, ou presque, apporte son lot d'informations.

Cette semaine, après l'intervention de Bernard Serin sur l'antenne de Direct FM lundi soir, c'est au tour de Dominque Gros et de Thierry Jean de mettre les points sur les i : la municipalité ne veut pas mettre d'argent dans un projet privé, estime qu'une rénovation de Saint-Symphorien serait suffisante et ne souhaite libérer que les terrains laissés libres par les militaires. Sans oublier son scepticisme quand au projet de centre commercial de 40.000 mètres carré.

Tout d'abord, d'un point de vue politique, il serait évidemment mal venue d'annoncer le financement d'un stade de 42.000 places par la municipalité, alors que les impôts locaux viennent d'être augmenter. Ceci vient toutefois en contradiction avec la politique keynesienne traditionnellement suivie par les socialistes. 120 M€  d'investissement, pris en partie en charge par la municipalité, permettraient la création de plusieurs dizaines d'emplois directs à moyen (construction du stade) et long terme (centre commercial, exploitation du stade), et d'emplois indirects. Rajoutons à ça une éventuelle participation à l'Euro 2016 qui permettrait de faire connaître la ville à l'Europe entière, avec un afflux massif de touristes durant un mois.

Le débat concernant la création d'un nouveau stade ou la rénovation de Saint-Symphorien se pose, effectivement. Il est évident que les arguments pour rester à Longeville-lès-Metz sont recevables. Le coût global moindre, une capacité suffisante (à 33.000 places environ), un projet commercial modeste mais sans risque ou presque et évidemment le fait que le FC Metz est depuis 75 ans associé à Saint-Symphorien. Toutefois, la construction d'un nouveau stade permettrait d'avoir une enceinte aux normes de comfort plus acceptables (descendre de la Tribune Ouest Haute pour aller manger ou aller aux toilettes est une aberration) pour un coût, pour la municipalité, similaire. Le club et la ville ont longtemps manqué d'ambition, il serait temps de prendre quelques risques qui permettrait au club de se (re)maintenir aux alentours de la 8-12 ème place de Ligue 1.

Le fait de vouloir n'utiliser que les terrains laissés libres par les militaires est plus que compréhensible, étant donné la quantité de foncier disponibles à horizon 2012. Toutefois, le fait de vouloir construire le stade à Grigy, l'emplacement le plus logique selon Bernard Serin, permettrait de dynamiser vitaliser le quartier, et d'en faire autre chose qu'un quartier d'affaires ouvert de 9h à 18h du lundi au vendredi.. Enfin, cette zone reste sous exploitées commercialement. Certes, Metzanine existe, commence à se faire une place sur la zone commerciale de Metz, mais le centre commercial adossé au stade ne serait pas en concurrence direct avec cette zone. En effet, les commerces s'implantant près des stades sont différents de ceux présents à Metzanine.

Et c'est le dernier doute de la municpalité concernant la réussite du projet de nouveau stade. Avec Metzanine, le centre ville, le boulevard de Trèves, la Zac d'Augny, le maire et son adjoint estiment que la ville n'est pas en capacité d'acceuillir 40.000 mètres carré de commerces.  Il est évident que les commerces se trouvant aux abords d'un stade de foot sont différents de ceux se trouvant en centre ville ou en Zone commerciale, ou encore en zone résidentielle (comme le sera le boulevard de Trèves). Le Gillette Stadium des New Englands Patriots, une des meilleurs équipes de football américain, possède un centre commercial (
Patriot Place) où on trouve de nombreux commerces, que ce soit des commerces traditionnels de prêt-à-porter (Aeropostale, Hollister, Puma) ou de nombreux bars, cafés, restaurants et autres lieux de restauration, mais aussi un salle de concert (Show Case Live), une agence bancaire, le musée des Patriots, un spa, des hôtels, un bureau de l'office de tourisme, des magasins de sports,...

Les spéculations quant à l'emplacement du nouveau stade, voire quant à la création même de ce nouveau stade continuent. Bernard Serin veut commencer la première phase du projet à l'été 2009, pour être fin prêt en 2014. Dominique Gros veut rénover Saint-Symphorien.
Jean Kieffer va bientôt sortir de l'ombre.

Publié dans Analyses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article